Juin-Juillet 2012: Premier stage d’été

 

Dans le cadre de notre formation, nous avons deux stages à faire pendant l’été qui sépare nos deux années de BTS. Un plus orienté viticulture et l’autre concernant plus l’œnologie.  J’ai choisi de faire mon premier stage du 11 juin au 10 juillet 2012 chez Jo LA NDRON à la Haye-Fouassière.

 

J’ai pu participer à deux réunions d’informations du groupe de viticulteurs certifiés en agriculture biologique dans la Loire Atlantique(44) et le Maine et Loire(49). C’était très intéressant pour moi car les conversations étaient très variées mais aussi très orientées sur la lutte des maladies. Pendant la première réunion, nous avons eu une démonstration de matériel en terme de travail du sol, fait par Boisselet. Cela m’a permise d’enrichir mon vocabulaire et mes connaissances en matières de travail à la vigne (travail du sol ou traitement) en particulier en agriculture biologique. J’ai eu pendant ces réunions un minimum d’autonomie. Car même si à la deuxième réunion je suis venue avec mon maître de stage, c’était moi qui avait vu avec le salarié, qui s’occupe des traitements, le calendrier qu’il avait fait et où il en était jusqu’à présent, ainsi que le compte rendu de ses comptages. Cela m’a permise d’être actrice et non seulement spectatrice de ces réunions. J’ai pu aussi faire du palissage (double passage), de l’installation de fil sur jeunes vignes, de l’étiquetage et de la mise en bouteille.

 

Jo Landron est un des plus fervent défenseur des terroirs dans le muscadet et il exporte environ 50% de sa production dans des pays comme les Etats-Unis, la Chine, le Japon, le Canada… Cela m’a enrichie aussi de ce coté là car j’ai pu prendre connaissance de certaines règles particulières d’export et j’ai pu prendre conscience de l’importance du terroir dans le caractère d’un vin.

 

Lors de ce stage j’ai aussi pu beaucoup discuter avec mon maitre de stage et son épouse (qui m’accueillaient le midi pour manger) et nous avons pu discuter de diverses choses comme les terroirs, l’agriculture biologique, la biodynamie, l’export, la conjoncture actuelle du muscadet, les vins natures… A ce propos, j’ai pu rencontrer la présidente des vins natures avec laquelle nous avons eu beaucoup de discussions qui m’ont été très enrichissantes.

 

Grâce à ce stage, j’ai l’impression d’avancer un peu plus sur mon opinion ou mes idées à propos de l’agriculture biologique et la biodynamie. Cela m’a beaucoup aidé sur mon ouverture d’esprit à propos du monde de la viticulture en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *